Scorpion Mortel France, L'as Des As Quel Age, Marius Et Fanny Daniel Auteuil, Aéroport De Montpellier Téléphone, Le Livre Le Plus Lu Au Monde 2020, Pêche Homard Noirmoutier, Couvre-feu Maine-et-loire Horaire, Dame Tartine Menu, Problème Wifi Avec Bluetooth Activé, Madonna Papa Don't Preach, Boucherie Traiteur Haguenau, " />

liste de noms juifs

By 1 minute agoNo Comments

En effet, la mention faite dans le cartulaire – Isti Judei remanebunt in Castelleto secundum pontem – semble indiquer qu’ils ne s’engagent pas tant à habiter au Petit-Pont qu’Outre-Petit-Pont, c’est-à-dire en dehors de la Cité et de la ville (rive droite), sur la rive gauche de la Seine, encore peu urbanisée à cette époque18. Elle constitue une synthèse à laquelle j’ai adjoint l’apport des manuscrits, les résultats de mes recherches épigraphiques et l’éclairage des sources documentaires contemporaines1. 22Selon Jean-Pierre Caillet, durant le haut Moyen Âge, le cimetière juif était situé au pied de la Montagne Sainte-Geneviève. Colophon de « Joseph le Roi » (Paris, vers 1300). Fig. Certains noms hébraïques comportent de légères variations, et d’autres noms propres moins fréquents n’apparaissent pas du tout dans cette liste. Abettan. 87v, dans Sed-Rajna et al. Biernaczyk. Cliquez ici pour consulter la liste des prénoms féminins juifs . Gérard Nahon propose Jivette ou Ivette, alors qu’Adrien de Longpérier et Moïse Schwab suggèrent respectivement Isabelle ou Estelle40. Delisle 1852, p. 32, n° 207 ; Vatican, Bibliothèque apostolique, fonds Ottoboni, ms. 2796 ; Nahon 1978, p. 144, n. 6. 19 Paris, BnF, ms. hébreu 643, fol. 45Les noms masculins sont tous bibliques à l’exception de Parigorf, seul nom à consonance non hébraïque sur une inscription funéraire masculine. 16069, fol. Noms de famille des Etats-Unis d'Amérique. 1v. 40L’inventaire de Gérard Nahon fait apparaître que certains noms sont plus usuels que d’autres sur les inscriptions de la France médiévale. 43L’onomastique féminine se fonde sur l’analyse de trente-deux noms. 1. 23,2]l’an treize du comput [5013 = 1253].Que son âme soit liée au faisceau des vivants. ), The Dark Ages: Jews in Christian Europe 711-1096, Tel Aviv, p. 122-142. Aussi serait-il difficile d’identifier par leurs noms les juifs qui vivent hors de ces rues, notamment les riches dont certains historiens pensent qu’ils vivaient sans doute parmi les chrétiens51. L’acception du mot ḥaver dans l’expression hébraïque talmid hakham, “érudit du judaïsme”, pouvait-elle avoir une autre signification dans le cas d’une femme42 ? L’existence d’une juiverie est attestée rive gauche, dans le bas de la rue de la Harpe. 1, et LL 8, fol. Or, aucune autre épitaphe signalant un médecin juif n’a été retrouvée, pas plus que celle qu’il a mentionnée. Ces épitaphes permettent aussi d’aborder la question de l’onomastique juive médiévale, qui diffère sensiblement de celle de l’Antiquité. 61En 1204, Aries, un juif normand, s’installe à Paris ; la consonance de son prénom rappelle celle du prénom hébreu Aryeh qui signifie “lion”, d’où sans doute le prénom Lyon en français attesté à cinq reprises dans les rôles de la taille. Gross Henri, 1969, Gallia Judaica. 13 Nous réservons à une autre publication la notice de cette pierre inédite de Chartres. Hebrew and Hebrew-Latin Documents from Medieval England: A Diplomatic and Palaeographical Study. nat., LL 7, fol. Ainsi, rabbi Jacob Tam (c. 1100-1170), l’un des maîtres les plus éminents de son siècle, rapporte qu’Eliezer et sa femme Rachel s’appelaient en français Joslin (יושלין) et Belle-Jeune. E) (French Edition) [Laredo, Abraham Isaac] on Amazon.com. En tout état de cause, aucun autre Tsur, צור, ou Zur, זור, n’apparaît dans les 327 épitaphes françaises qui nous sont parvenues. Actes du 100e congrès national des sociétés savantes, Paris, 1975, Paris, Bibliothèque nationale, t. II, p. 143-156. Article dédié à la mémoire de Gérard Nahon. (NAHON 1986, p. 100-102), L’intègre rabbin Moïse Ha-lévi [… ] Haïm Lévi, Péricope Wa-yets[e] (Gen. 28,10-32,3) / 1244-1254 ? 28 Nahon 1986, p. 53, 73, 87, 103, 119, 142. Vivant, qui ressemble à Vivien, usuel chez les chrétiens, traduit aussi l’hébreu Ḥayyim et semble avoir été assez populaire chez les juifs médiévaux bien qu’il n’y ait aucune proximité phonétique entre les deux noms. Baranowski. Abisror. ), Dame Joayah (Joie), fille de maître Isaac, Sixième millénaire, 6e jour de wa-Yera (péricope) / 1239, Péricope Berakhah, année 11, 13 (?) Une liste de 3500 noms utilisés par les Juifs, ou affectés à des Juifs par le Saint-Office (la Santo Oficio) d'Espagne. Pour cette étude ne seront retenues que celles dont les noms se dégagent avec certitude. de maître Isaac, [pour le prénom, la lecture est celle de G. Nahon (1986, p. 98) ; la pierre étant perdue, il a fallu se fonder sur le relevé des textes ; je suggère à la fin la lecture du rech et du lamed רל au lieu de tav et lamed תל], Dame Anne ou Anna … (fille ou femme de) Joseph, Dame Judith, fille du compagnon le rabbin Abraham, Dame Judith, fille du rabbin Sabbatai Halévi, Dame […], fille du bienfaiteur [M]eir (ou Eléazar) (Nahon 1986, p. 107-108) Ha-Lévi, רא [...]ו/ן (?) Le corpus est constitué de 327 inscriptions, qui peuvent porter des textes détaillés avec noms, dates et lieux ou seulement quelques lettres. Mais selon certains témoignages, le même homme est identifié par son nom hébreu ainsi que par son nom ou surnom en langue vernaculaire, résultant parfois d’une traduction du nom hébreu. La dernière modification de cette page a été faite le 10 mars 2020 à 08:11. Frey Jean-Baptiste, 1936, Corpus inscriptionum judaicarum, vol. La liste est le résultat d'un recensement des communautés juives d'Espagne par l'Eglise catholique et trouvée dans les dossiers de l'inquisition. nowak nowakowska nowakowski nowalipski nower. ), Le brûlement du Talmud à Paris 1242-1244, Paris, Cerf, p. 121-139. Sur les pierres tombales des hommes, seul celui en hébreu est suivi de la filiation du défunt. 45v et 155. 13Jusqu’en 1182, les juifs résidaient dans l’île de la Cité, dans les rues de la Juiverie, de la Pelleterie et de la Vieille Draperie. ), 1997, Recueil des plus célèbres astrologues, Paris, Champion. Les noms des Juifs du Maroc: Essai d'onomastique judéo-marocaine ([Publicaciones] - Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Instituto B. Arias Montano : ser. יז ? Épitaphe de dame Floria, 1364 (Paris, MAHJ, D.98.06.005.CAR), « Le monument que voici, je l’ai placé en monument au chevet de dame Floria,fille de notre maître le rabbin Juda,veuve de mon [/ de notre] maître le saint rabbi Jacob. Abahel. L’onomastique permet-elle de déterminer les lieux d’origine des juifs parisiens ? Longpérier Adrien de, 1884, « Inscriptions de la France du ve au xviiie s. », Journal des savants, p. 103-131. Il faut aussi relever le nom Deus le Croisse et ses variantes qu’il faut sans doute relier à Cressant et à ses variantes pour traduire le nom biblique Gedalyah (גדליה). 37 Un doute subsiste sur la date de l’épitaphe, la pierre ayant été brisée et recollée au niveau de la ligne 7 qui porte la date du décès, devenue en grande partie illisible. Abrahamson. 34 Notice 75 de l’inventaire de Gérard Nahon (28 dans notre tableau infra). Le nom Vivant (Haïm) aurait été donné aux nouveau-nés pour conjurer le sort (Nahon 1986, p. 37). Aaron. En effet, Texeira ou Teixeira figure bien parmi les noms juifs sepharades et la multiplicite des references renforcent le fait qu'il s'agit bien d'un nom qui fut portes par des Juifs. Mélanges offerts à Jean Favier, Paris, Fayard, p. 27-40. Anne et Floria apparaissent cinq fois. Mais ils se plient aussi aux tendances de leur époque et cela est particulièrement perceptible dans l’onomastique féminine. aller go go Abahel : ani Biernaciak. Biczysko. 58À la lecture de cette liste, on constatera que de nombreux juifs de Paris venaient de villages des alentours, du nord de la France et certains d’Angleterre et du Brabant. 5)27. Art Animation Comedy Cool Commercials Cooking Entertainment How To Music & Dance News & Events People & Stories Pets & Animals Science & Tech Sports Travel & Outdoors Video Games Wheels & Wings Other 18+ Only Fashion Le terrain cédé après l’expulsion de 1306 aux religieuses de Poissy étant resté non bâti jusqu’en 1321, les tombes restèrent in situ25. By submitting, you agree to receive donor-related emails from the Internet Archive. Le décompte s’élève à 84 noms masculins et 33 noms féminins. Au xvie siècle l’ensemble du terrain n’était toujours pas bâti, ce qui explique sans doute le nombre de pierres tombales retrouvées là au xixe siècle (48). 3. לפרטת36תנבה: Transcription1. Mais Paris est un creuset où afflue une population venant du nord de la France. Abisseror. Boudet Jean-Patrice (éd. 23La décision de Philippe le Hardi de limiter le nombre d’établissements tenus par les juifs dans la capitale indique que ces derniers en possédaient plusieurs à Paris. A . Les cimetières juifs », Procès-verbaux de la commission municipale du Vieux Paris (mars 1912), p. 83-86. Ambroziak. « A ceux-là, je donnerai dans ma maison et dans mes murs un monument et un nom ("Yad Vashem")... qui jamais ne sera effacé. 57 Comparer notamment avec les noms portés par les juifs en Angleterre ou à Marseille (Olszowy-Schlanger 2016 ; Sibon 2011 ; Seror 1995). Forts de leur suprématie économique et intellectuelle, les originaires des provinces de langue castillane (Léon, Castille, Aragon, Andalousie) imposèrent l’usage de celle-ci, non seule¬ ment aux Séfaradim catalans, majorquins et portugais, mais également aux immigré… ), Finances, pouvoirs et mémoire. Ont été ajoutés à l’inventaire de Gérard Nahon après leur découverte : un fragment de pierre fort lourd comportant des mots hébreux, découvert à Chartres en janvier 2006, une inscription trouvée très récemment au parc Monceau à Paris, et une autre à Bourges13. , Baltimore/Londres, Johns Hopkins University Press. Blumenkranz Bernhard, 1958-1962, « Quartiers juifs en France (xiie, xiiie, xive siècles) », Mélanges de philosophie et de littérature juives, t. III-V, Paris, Presses universitaires de France, p. 77-86. Il faudrait alors lire “le patron Judah”. En décembre 1258, le texte d’un accord établi entre les chanoines de Notre-Dame et la communauté juive de Paris stipule que celle-ci utilise ce cimetière depuis cinquante ans et plus, donc depuis au moins 1198. 5), et entrecoupée par les expulsions de 1182 et de 130623. 30Cinq noms bibliques, tous masculins, figurent dans cette liste : deux Judas, deux Jacob et un seul Abraham. Ceux du milieu du xiiie siècle sont signalés en rose et ceux du début du xive siècle, en vert. nat., L 596 n° 2), Maison vendue située coin rue des Juifs. Abramovici. Aboav. nat., S 6227 ; Nahon 1978, p. 146. ינא (?) Le registre de la taille associe pour les mêmes raisons nom et sobriquet ou qualificatif, distinguant ainsi deux personnes portant le même nom, taxées dans la même rue. ». 6“Paix sur Israël” (Ps. 42La famille des Cohen est citée dix fois, celle des Lévi onze fois. La première syllabe est clairement Iy. 26La stèle, d’un style tout à fait différent de celles trouvées dans le cimetière de la rue de la Harpe, revêt un décor gothique formé d’une arcature trilobée. 50 Arch. liste des noms de famille juifs de kutno 1808-1942. noszal noszel noten novak nowacki. BJ100: Added Gypsy In The Night to the list. 12 La plupart sont des stèles funéraires. On pourrait alors vérifier si ces derniers choisissaient des noms à consonance locale, bien que peu usités ou désuets chez les Parisiens contemporains, ou bien s’ils leur préféraient des noms populaires dans leurs villes d’origine57. Recent Activity. legan ceden yom bet6. Moïse est tellement fréquent qu’il est souvent associé à une qualification ou une provenance (Mossé l’Englois / Mossé l’Englais, Mossé le Prestre, Moussé de Petit-Pont, Mossé / Moussé Marc-d’Argent, Moussé de Dreues, Moussé, Moussé Sahor, Mossé le Mire). Adina signifie « douce, délicate. Le gouvernement espagnol a déclaré qu'il donnera automatiquement la citoyenneté aux Juifs séfarades, qui pourront prouver leur ascendance par un document officiel écrit, accélérant un processus qui implique actuellement qu'ils aient vécu durant deux ans dans le pays. Gustave Schlumberger, Paris, Leroux, 7 vol. Les lieux de vie des juifs au xiie siècle sont indiqués en jaune ; le bleu délimite ceux qui furent occupés de la fin du xiie jusqu’à la seconde moitié du xiiie siècle. Quant au mot Patrone (43פטרונא), qui précède le nom de Yehudah, il s’agit d’un mot d’origine latine qui a été adopté dans la littérature rabbinique mais reste unique dans les relevés épigraphiques. 5L’onomastique antique juive révélée par l’épigraphie atteste la latinisation et l’hellénisation des noms des hommes et des femmes, même quand leurs ascendants portaient des noms hébreux. », © Lisa Debande, musées de Narbonne, ville de Narbonne. En effet, le père, Paragorius – nom utilisé par les juifs mais aussi par les non-juifs contemporains –, lui-même fils de Sapaudus – nom qui n’a pas d’autre occurrence chez les juifs –, dresse cette stèle à la mémoire de son fils Justus – nom usité chez les juifs. 9Enfin, la pierre funéraire de Narbonne, assez tardive puisqu’elle date de la fin du viie siècle, présente la menorah en tête d’épitaphe, en quasi incipit, suivie de l’énumération d’une liste de noms masculins et féminins qui témoignent à la fois de l’insertion des juifs dans la culture latine et de leur fidélité au judaïsme. Les documents ont aussi attesté le sobriquet ha-lavan הלבן pour “le blond” ce qui conforte bien la position de Mochè Catane (Catane 1978, p  167). Remerciements à J.-P. Boudet pour ces informations (Boudet 1997, p. 392, § VIII, 17a et 17b – notice consacrée à Zour). 26 Nahon 1986, p. 48, 90-91 ; Magne 1913, p. 83-86. Chazan Robert, 1973, Medieval Jewry in Northern France. De 50 000 personnes à la fin du xiie siècle, la population passe à 250 000 en un siècle et les juifs ne sont pas plus de 1 00056. ; Vauro Cortipel, de Briona ; Mopres de Eulleboef et Cressens de Bernalo32. 15Les juifs quittent la France entre 1182 et 1198 à la suite de l’expulsion ordonnée par Philippe Auguste. Se pourrait-il que ce prénom soit plutôt parisien ou plus fréquent que dans les trente-neuf localités où des épitaphes ont été retrouvées ? 21-23) / mardi 3 mai 1278, fils de notre maître le rabbin rabbi Yehudah, מורנו הרב רבי שלמה בן מורנו הרב רבי יהודה, Notre maître rabbi Salomon, fils de notre maître le rabbin rabbi Judah, An 5041 du comput, jour du shabbat, péricope Qoraḥ / 21 juin 1281, An 51, jour 2, péricope Qoraḥ (Nb. de 1 à 500. Problèmes topographiques, démographiques et institutionnels », in : Études sur l’histoire de Paris et de l’Île-de-France. Aboulafia. Mais Bernard n’est pas si courant chez les chrétiens, puisqu’on n’en trouve que 99 occurrences sur 60 000 noms. —, 2000, « La communauté juive médiévale », in : Mantes médiévale : la collégiale au cœur de la ville, Paris, Somogy, p. 80-87. On trouve aussi huit mentions d’érudits reconnus par la communauté (ḥakham). Le sens des noms de famille juifs collecté par Yehoshua Ra'hamim Dufour dans de nombreuses sources, en particulier, avec l'aide des oeuvres d'Avraham Laredo, de Heinrich Guggenheimer, et les corrections de Ida Akerman-Tieder (auteur de "Et tu raconteras à tes enfants) pour l'allemand, et de nos lecteurs. J’ai terminé ce Pentateuque (, Texte hébreuזאת מ[צב]תקבורת מרתפלוריאה בת הרר בנימן שנפטרהלגן עדן יום בפרשת ברכהשנֿ[ת] א [...]עט[?] La mention “saint” (qadosh) est inscrite à dix reprises41. Ainsi, la mention qadosh “saint”, ajoutée dans certaines d’entre elles, témoigne-t-elle peut-être de la mort violente d’une victime de persécution religieuse3 (fig. OpenEdition est un portail de ressources électroniques en sciences humaines et sociales. Paix, Fig. Livres et savoirs des Juifs de France (1306-1394) », in : Dahan Gilbert (éd. שלום על [י]שראל / obuerun[t] anno secundo d(o)m(in)i Egicani / regis. Ces inscriptions permettent d’aborder l’étude de l’onomastique médiévale ainsi que de quelques éléments de la vie sociale juive et confirment le retour de l’hébreu dans la vie communautaire. Elles témoignent d’un fort attachement à l’onomastique hébraïque biblique, en tout cas pour les hommes, et aux coutumes juives, en particulier au calendrier hébreu, seul mentionné pour la date de décès, contrairement à ce qui apparaît dans les épitaphes de l’Antiquité (fig. Sed-Rajna Gabrielle et Fellous Sonia, 1994, Les manuscrits hébreux enluminés des Bibliothèques de France, Louvain/Paris, Peeters. 2010. du comput / 1250 (? Abramovich. Paix8. 5). 1. Méir et Abraham figurent trois fois, Aaron, Eléazar, Mardochée, Moïse et Pinhas, à deux reprises, les autres prénoms une seule fois. Bravo! rabbin Elia (? Simon, 1966, « France and Germany under the Carolingians », The Dark Ages: Jews in Christian Europe 711-1096, Portail de ressources électroniques en sciences humaines et sociales, La permutation de langue de l’Antiquité au Moyen Âge, Les noms des juifs dans les documents administratifs, http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-1.jpg, http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-2.jpg, http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-3.jpg, http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-4.jpg, http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-5.jpg, http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-6.jpg, http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-7.jpg, http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-8.jpg, http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-9.jpg, http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-10.jpg, Par auteurs, Par mots clés, Par géographique, http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr, Fig.

Scorpion Mortel France, L'as Des As Quel Age, Marius Et Fanny Daniel Auteuil, Aéroport De Montpellier Téléphone, Le Livre Le Plus Lu Au Monde 2020, Pêche Homard Noirmoutier, Couvre-feu Maine-et-loire Horaire, Dame Tartine Menu, Problème Wifi Avec Bluetooth Activé, Madonna Papa Don't Preach, Boucherie Traiteur Haguenau,

Category:
  Non classé
this post was shared 0 times
 000

Leave a Reply

Your email address will not be published.